Categories Afrique, Article, Madagascar

Les communautés renforcent leur autodétermination à Madagascar

Photo de groupe de l’atelier national organisé en juin 2021 dans le cadre du processus de planification stratégique de TAFO MIHAAVO et FANONGA FOKONOLONA. Crédit : Narindra R (disponible en ligne via NewsMada.com).

Les réseaux nationaux TAFO MIHAAVO et FANONGA FOKONOLONA utilisent le processus de planification stratégique pour soutenir l'autonomisation et la souveraineté des communautés

Par Vololoniaina Rasoarimanana
(au nom de TAFO MIHAAVO, Membre du Consortium APAC et de FANONGA FOKONOLONA)

Traduction par Tojonirina Randrianarivelo

L’île de Madagascar, située dans l’océan Indien occidental, est connue pour sa diversité naturelle et culturelle : 80 % des espèces végétales et animales du pays ne se trouvent nulle part ailleurs sur terre et elle compte 18 groupes ethniques, chacun ayant son propre dialecte. La forme traditionnelle de la communauté malgache s’appelle Fokonolona. De nombreux paysages, territoires et aires du pays sont conservés par ces communautés depuis des générations car ils sont essentiels à leur mode de vie. Souvent, ils sont le symbole même de l’histoire et de l’identité d’une communauté, le résultat d’une prise de conscience collective qui a évolué sur de longues périodes et d’un effort partagé pour assurer l’intégrité de la nature.

EN SAVOIR PLUS : «Madagascar : une analyse nationale sur l’état des territoires de vie» du Rapport 2021 sur les territoires de vie

En 2012, un réseau de Fokonolona appelé Tambazotran’ny Fokonolona Miaro ny Harena Voanjanahary (TAFO MIHAAVO) a été créé par une déclaration des représentants des organisations communautaires regroupées en unions et fédérations. Depuis, il a grandi jusqu’à inclure près de 600 communautés qui assurent la gouvernance coutumière d’environ 20 000 km² de forêts, de lacs, de zones marines et de pâturages à travers les 22 régions de Madagascar. Les membres de TAFO MIHAAVO agissent de facto ou par application de la loi GELOSE de 1996 sur la gestion locale des ressources naturelles renouvelables. Cette loi est issue du Plan national d’action environnementale de 1992, principalement motivé par le principe fondateur de la stratégie du pays en vue de la Convention des Nations Unies sur la Diversité Biologique (CDB), qui est de donner le pouvoir aux communautés dans la gestion des ressources naturelles.

TAFO MIHAAVO s’est adapté de son mieux aux circonstances difficiles dues à la pandémie de la COVID-19 et a réussi à entreprendre un examen stratégique et un processus de planification stratégique entre février et juillet 2021. Avec l’appui de FANONGA FOKONOLONA (un groupe d’activistes, de scientifiques et de personnes ressources issues d’ONG et d’institutions, qui soutient le réseau depuis ses débuts), du Consortium APAC et du Programme de Microfinancements du Fonds pour l’Environnement Mondial (PMF/FEM) du PNUD, TAFO MIHAAVO a revu son plan stratégique 2013-2020 avec les Fokonolona aux niveaux local, infranational et national et a élaboré une vision pour 2050, des objectifs pour 2030 et un plan d’action 2021-2025.

Grâce à ce processus, le réseau a élaboré un cadre exposant la vision, les valeurs et les principes partagés, les priorités thématiques, les stratégies et les actions à entreprendre du niveau local au niveau international. Ce cadre a déjà inspiré la conceptualisation et la mise en œuvre de stratégies et d’actions thématiques et régionales, notamment avec le soutien financier du PMF/FEM à Madagascar.

Vision, leçons apprises et défis pour un changement transformationnel : le réseau a réaffirmé comme vision pour 2050 le bien-être et la vie en harmonie avec la nature dans des territoires de vie où les Fokonolona sont autonomes et souverains.

De 2021 à 2025, les membres de TAFO MIHAAVO sont encouragés à identifier et apporter leur soutien à des Fokonolona, qu’ils connaissent des succès ou des défis, luttant pour leurs droits, leur souveraineté alimentaire, leur autonomie institutionnelle et leur responsabilité dans la gouvernance de leurs territoires de vie (plusieurs dizaines dans au moins 15 des 23 régions du pays).

En effet, TAFO MIHAAVO a appris que le changement transformationnel passe par un mouvement légitime et enraciné dans un engagement fort et dans la capacité de ses membres à organiser leurs actions au sein d’un mouvement national en faveur du changement institutionnel et politique, et en coordination avec FANONGA FOKONOLONA, pour avancer vers cet objectif.

L’accaparement des terres, ainsi que la tendance humaine et institutionnelle à exercer et maintenir un pouvoir personnel sur les personnes vulnérables par le biais de la position, de l’argent ou d’autres moyens, sont parmi les situations les plus difficiles de cette période, même de la part d’acteurs qui sont censés soutenir les communautés.

EN SAVOIR PLUS : « Les Fokonolona de Tsiafajavona : un territoire de vie à Madagascar» du Rapport 2021 sur les territoires de vie

Dirigeants communautaires et représentants du Fokonolona de Tsiafajavona, huit organisations communautaires, les Tangalamena (sages), l’association des guides locaux et TAFO MIHAAVO Vakinankaratra. Photo : JRR/TAFO MIHAAVO

Principaux résultats du processus : aux niveaux régional et national, les secrétariats de TAFO MIHAAVO et FANONGA FOKONOLONA vont mettre en place des plans d’action annuels conjoints. D’autres parties prenantes telles que des ONG, des plateformes de la société civile et des représentants des ministères en charge du foncier, de la décentralisation, de la pêche et du cadre mondial de la biodiversité pour l’après-2020 (qui devrait être adopté lors de la 15ème réunion de la Conférence des Parties à la CDB en mai 2022) se sont engagées à porter la voix des Fokonolona et à collaborer à la défense de leurs droits et au plaidoyer en faveur de leur autonomisation.

Les objectifs du plan stratégique sont exprimés comme suit :

  • les Fokonolona renforcent leurs capacités à gouverner, conservent et gèrent durablement leur patrimoine naturel et culturel sur leurs territoires de vie ;
  • les Fokonolona agissent pour la souveraineté alimentaire et la résilience au changement climatique ;
  • les Fokonolona plaident en faveur de leurs droits et de leur autonomisation grâce à une reconnaissance juridique appropriée (en s’appuyant sur un article existant de la Constitution nationale), de sa mise en œuvre et de son application ;
  • les Fokonolona renforcent la gouvernance et la gestion de leurs réseaux multiniveaux et la collaboration avec d’autres acteurs, et
  • la communication et le renforcement mutuel sont un thème transversal sous-tendant les quatre axes précédents.
Principales stratégie et actions du nouveau plan stratégique de TAFO MIHAAVO et FANONGA FOKONOLONA pour 2021-2025. Photo : VR / TAFO MIHAAVO et FANONGA FOKONOLONA