Categories Afrique, Blog, Bulletin flash, Burkina Faso, Evénements, GSI, Organisations catalytiques et réseaux nationaux d’APAC

Formation au Processus de Renforcement Autonome des Communautés Locales dans la Gouvernance de leurs APAC au Burkina Faso

par : Marcel KOADIMA, A.T NatuDev,
Alexis KABORE, Président NatuDev

Dans le contexte de déroulement du Projet de consolidation de la gouvernance locale des APAC au Burkina Faso, l’Association Nature et Développement (NATUDEV), en partenariat avec le Consortium Mondial des APAC et sur l’appui technique et financier du PMF/FEM, a organisé une formation au profit des dix membres du bureau exécutif de l’Association nationale des APAC du Burkina Faso (ASAPAC-BF) sur le Processus de Renforcement Autonome (PRA) des APAC. La formation a eu lieu du 23 au 26 avril 2018 à Bazoulé, village situé à une trentaine de kilomètres de Ouagadougou et abritant une importante mare aux crocodiles sacrés dont la gouvernance relève de la communauté locale.

Cette formation est la résultante d’un processus de plus d’un an de réflexions et de dialogue direct entre les représentants de cinq communautés gardiennes d’APAC, qui ont formalisé leur collaboration sous le statut d’une association de droit burkinabè en décembre 2017 reconnue officiellement en janvier 2018. Ces communautés assurent elles-mêmes la gouvernance de leurs APAC qui relèvent des terroirs villageois de Darkoye-Wara Wara dans le Sahel (zone de pâture), de Kalwaka dans la Région du Centre-Ouest (réseau de bois sacrés), de Namoungou (zone de pâture) et de Sandipenga dans la Région de l’Est (Zovic) et de Saro dans la Région du Centre-Sud (Zovic).

La présente formation qui s’inscrit dans le cadre global de l’appui à la mise en œuvre du plan d’action 2018 de l’ASAPAC-BF par NATUDEV qui joue un rôle catalytique auprès du Bureau Exécutif (BE), a été assurée par Monsieur Christian CHATELAIN du Consortium mondial APAC. Chaque communauté a été représentée par deux personnes membres du BE. Par ailleurs, l’Association Régionale de Gestion de Ressources fauniques de l’Est (AREGREF/Est) en tant que structure associative d’appui à l’ASAPAC-BF en termes d’expériences dans la gouvernance des Zovic a été représentée par son président. La formation a reçu les visites du Point Focal CBD du Burkina (M. Somanégré NANA) et du Coordinateur par interim du PMF/FEM (M. Noël COMPAORE). Les participants ont rendu une visite de courtoisie au Chef coutumier de Bazoulé et à sa cour.

Travaux de groupe sur les différentes situations réelles de relations des membres du BE
vis-à-vis de leur environnement en rapport avec la gouvernance des APAC

Le formateur a basé son intervention sur le Guide conçu par le Consortium et intitulé « Les APAC se renforcent – démarche possible et références disponibles pour les communautés locales et les peuples autochtones gardiens d’APAC ». Les sept modules du guide ont été amplement expliqués avec des exemples concrets (prise de conscience, description et documentation de l’APAC, évaluation de la sécurité et de la résilience de l’APAC, conception d’initiatives pour l’APAC, suivi autonome de l’APAC, communication autour de l’APAC, Réseautage et plaidoyer). Certains modules ont fait l’objet de travaux de groupe appliqués aux réalités des participants. « Les quatre jours de formation nous ont conforté sur le fait que nous pouvons nous-mêmes faire plus de choses que nous croyions et comment nous pouvons mieux entretenir nos Zovic, nos zones de pâture et nos bois sacrés, c’est une première », a conclu le président de l’ASAPAC-BF.

Il ressort des recommandations des participants que les échanges entre responsables d’APAC à travers le Burkina Faso et au-delà, constituent une forte attente. Ainsi, les participants ont-ils accueilli très favorablement le souhait émis par Christian CHATELAIN d’une première rencontre de partage d’expériences entre acteurs de la gouvernance des APAC de l’Afrique francophone au Burkina Faso qui pourrait se dérouler en décembre 2018.

Peut être dire en conclusion que la formation a été une découverte et un succès du point de vue de la mobilisation du bureau de l’ASAPAC pour l’auto-renforcement des communautés gardiennes d’APAC mais que l’inquiétude première des participants en fin de rencontre était de trouver comment poursuivre sur cette lancée (excellente mais insuffisante) sans un accompagnement et financement minimum.