Categories Afrique, APAC au niveau régional, Blog, Bulletin flash, Evénements, Evénements internationaux

APAC SAHEL – BURKINA FAO L’Association nationale des APAC du Burkina Faso est née!

Par: Alexis Kaboré, ICCA Consortium Coordinator for the Sahel Region

Du 18 au 20 décembre 2017 s’est tenue l’Assemblée Générale Constitutive (AGC) de l’Association nationale des APAC du Burkina Faso (ASAPAC-BF). La rencontre, qui a eu lieu à Ouagadougou et sur le site de l’APAC d’un village non loin de la capitale, a réuni les représentants de six APAC emblématiques réparties dans différentes régions du pays.

Une association nationale fondée par six APAC emblématiques

Les APAC ayant pris part à l’AGC comme groupe d’APAC fondateur de l’ASAPAC-BF sont :

  1. L’aire de pâture intervillageoise de Namoungou (Région de l’Est)
  2. L’aire de pâture intervillageoise de Darkoye (Région du Sahel)
  3. Le réseau de bois sacrés du village de Kalwaka (Région du Centre-Ouest)
  4. La zone villageoise d’intérêt cynégétique (Zovic) du village de Sadpenga (Région de l’Est)
  5. La zone intervillageoise d’intérêt cynégétique (Zovic) du village de Pama (Région de l’Est)
  6. La zone villageoise d’intérêt cynégétique (Zovic) du village de Saro (Région du Centre-Sud)

Des textes et un bureau consensuels et légalement reconnus 

Les participants ont abouti, à l’issue des trois jours de débats, à l’adoption des textes qui vont régir le fonctionnement de l’association (statuts et règlement intérieur), l’élection d’un bureau exécutif et la décision d’un plan d’action de l’association pour l’année 2018. Un dossier d’enregistrement de l’association au ministère de l’administration territoriale a été déposé par le bureau exécutif en janvier 2018 et le récépissé est attendu en 2018.  Certaines APAC étant administrées par des communautés villageoises et non des associations légalement reconnues comme telles, l’administration territoriale a exigé, lors du dépôt du dossier, que la structure soit reconnue comme une association (ASAPAC-BF) et non comme une fédération (FENAPAC-BF) comme initialement envisagée.

Les textes prévoient le renouvellement partiel des membres du bureau exécutif au bout de deux ans et l’ouverture de l’association à de nouveaux à partir de 2019, l’adhésion se faisant par parrainage des anciens membres à jour de ses cotisations et en règle vis-à-vis des autres dispositions des textes.

Le bureau exécutif est composé de dix membres, soit deux personnes par APAC membre de l’ASAPAC-BF. Ils sont tous représentants directs et reconnus de leur communauté gardienne d’APAC.

Prendre le temps qu’il faut et garder le pied sur le terrain

Une année entière de préparation

Le processus d’émergence de l’ASAPAC-BF a duré une année entière, marquée par une intense activité de réunions entre les représentants des APAC, entre eux et le Consortium à travers le coordinateur Afrique (Christian Chatelain) et le coordinateur pour le Sahel (Alexis Kaboré). L’Association burkinabè NATUDEV, ONG catalytique d’appui aux APAC au Burkina Faso, a assuré l’accompagnement continu du mouvement grâce aux soutiens financiers et techniques du PMF/FEM[1] et du Consortium APAC. Des rencontres avec des institutions gouvernementales du Burkina et avec l’UICN ont contribué à faire mieux connaître aux gardiens d’APAC les règlementations et politiques nationales touchant aux APAC, les visions et perspectives qui prévalent à l’échelle internationale en la matière, etc.

Des assemblées villageoises préparatoires pour l’ancrage de l’association

Outre les rencontres regroupant tout le monde à Ouagadougou, des assemblées générales de village ont eu lieu sur chaque site d’APAC et ont constitué une étape importante de la fondation de l’ASAPAC-BF. A l’occasion, chaque communauté a fait la situation de son APAC avant d’en déduire sa vision et attentes vis-à-vis de l’association en construction. Certaines dispositions des textes de l’association ont été émises lors de ces assemblées villageoises.

Pour une appropriation de l’association par ses membres, l’assemblée générale constitutive a suivi une démarche qui a pris le temps pour la compréhension du sens et des implications de la nouvelle dynamique, qui a donné la place à des débats ouverts et qui a délocalisé une partie des travaux sur le site d’une APAC. En effet, si les travaux du premier jour de l’AGC ont eu lieu en salle à Ouagadougou et ont consisté en l’élaboration des textes et l’élection du bureau exécutif, la deuxième journée s’est déroulée dans le village de Bazoulé situé à une trentaine de km de la capitale. Le village abrite l’une des APAC les plus célèbres du Burkina Faso, « la mare aux crocodiles sacrés de Bazoulé ». Organisée par les représentants participant à l’AGC, la sortie a connu trois séquences : a) une séance d’échanges avec la communauté du village réunie autour de son chef coutumier qui, à ce titre, est l’autorité de la mare ; b) la visite aux crocodiles ; c) la poursuite, sous la paillotte aménagée pour l’accueil des visiteurs de la mare, des travaux de l’AGC, précisément l’élaboration du plan d’action 2018 de l’ASAPAC-BF. Celui-ci comporte quatre grands volets :

  1. Fonctionnement interne : réunions statutaires, cotisations, échanges d’information ;
  2. Formation : guide des APAC, législations, traditions, bonnes pratiques) ;
  3. Communication : visibilité, documentation
  4. Action : protection, aménagement, valorisation des APAC.

Des perspectives bien tracées

De par la fréquence des échanges et le temps accordé à l’apprentissage mutuel, la démarche a permis aux fondateurs de l’ASAPAC-BF de se connaître tout en découvrant les APAC des uns et des autres. En attendant l’obtention du récépissé, les réflexions et rencontres ont commencé pour la mobilisation des ressources nécessaires à l’opérationnalisation du plan d’action 2018 de l’ASAPAC-BF. Trois des six APAC fondatrices de l’ASAPAC-BF viennent de recevoir (février 2018) la visite de la coordination du PMF/FEM au Burkina Faso. Il s’agit de la Zovic de Sadpenga, de l’aire de pâture de Namoungou et des bois sacrés de Kalwaka.

[1] Programme Micro-financement du Fonds pour l’Environnement Mondial.