Categories Africa, Blog, Central African Republic

Les Membres du Consortium APAC en action en Centrafrique

Par: Joseph Itongwa, Coordonnateur  du Consortium APAC pour les écosystèmes  forestiers d’Afrique Centrale, Directeur Exécutif de l’Alliance Nationale d’Appui et de Promotion des Aires  du Patrimoine Autochtone et Communautaire (ANAPAC)

Les Autochtones BaAka de Centrafrique sont un des principaux  groupes des peuples autochtones pygmées chasseurs-cueilleurs des forêts tropicales du Bassin du Congo. Ils entretiennent une relation intime synergique avec le territoire qu’ils occupent. Leur présence millénaires dans cette région, leurs pratiques et connaissances traditionnelles ont permis de maintenir l’état satisfaisant des écosystèmes forestiers et de la biodiversité de la sous-région d’Afrique centrale. Ce savoir culturel fait d’eux des partenaires idéaux pour les efforts de conservation de la nature.

Malgré tout cela, leur expertise traditionnelle bénéfique à la conservation ne jouit d’aucune garantie d’assise territoriale. Les droits d’occupation territoriale des autochtones BaAka ne sont pas reconnus, aucune portion des territoires ne leur est accordée pour  le développement de leur culture. D’autre part les BaAka de Centrafrique subissent de graves violations de leurs droits fondamentaux et culturels dans leur vie quotidienne. Leur riche  culture est soumise à d’énormes pressions souvent tentées de discrimination, de mépris et d’exploitation. Cela sape l’estime qu’ont les BaAka de leur propre culture tout en décourageant la transmission aux jeunes générations de leurs connaissances traditionnelles et des pratiques ancestrales.

Une des solutions pour répondre aussi à ce défis est de faire rayonner des dynamiques de reconnaissance des Aires du Patrimoine Autochtone et Communautaire dans d’autres pays du bassin du Congo, et  notamment dans les territoires autochtones de la République Centrafricaine.

Face à cette urgente nécessité, deux organisations membres du Consortium APAC en Afrique centrale (IPACC et OrigiNations) sont en train de développer une coopération active autours d’un projet qui vise la promotion des droits, la valorisation de la culture et la sensibilisation sur la prise en compte des valeurs cultures et des capacités traditionnelles dans les volets d’activités de conservations du complexe tri-national des aires protégées de Dzanga Sanga.

Le 9 février 2016, un atelier a regroupé les responsables des aires protégées de Dzanga Sangha et a porté sur les capacités et contributions des autochtones BaAka dans la conservation de ce site du patrimoine mondial de l’UNESCO. A cette occasion, les participants ont reçus des informations sur les APAC. Ils ont décidé de mener des consultations avec les communautés riveraines de leurs aires protégées pour identifier les sites à gouvernance de type APAC afin de les promouvoir. Du 1er au 15 février 2016, se tiendront également une série d’ateliers facilités par le coordonnateur du Consortium pour les écosystèmes  forestiers d’Afrique Centrale, qui permettront de sensibiliser et informer le plus grand nombre sur les instruments et les mécanismes de protection internationale et régionale des droits humains et spécifiquement de ceux des peuples autochtones.