Categories Bulletin flash, Monde, Mondial

La Décennie 2020 : une Ere de Changement Radical pour les Territoires de Vie et un Avenir qui Reste à Ecrire

Par Holly Jonas, Coordinatrice Internationale du Consortium APAC.

“Nous resterons dans les mémoires pour les pistes que nous traçons” – Proverbe Sioux Dakota.

La fin d’une année et le commencement d’une nouvelle, quelles que soient les traditions que l’on célèbre, est souvent un moment propice à la réflexion, au bilan et aux réajustements. Lors de la 15ème Assemblée Générale du Consortium APAC, en Décembre 2019, nous avons célébré la co-fondatrice Dr. Grazia Borrini-Feyerabend -qui  a été Coordinatrice Internationale, Conseillère Stratégique et Secrétaire du Conseil du Consortium depuis ses débuts en 2010- lors d’une joyeuse soirée mêlant photos, vidéos, musique et danse, à l’heure où elle prend une retraite bien méritée. Grazia a dédié tant d’années de sa vie au mouvement pour les territoires de vie que les nombreuses graines qu’elle a planté prennent racine dans le monde entier, de multiples façons. Nous lui en serons éternellement reconnaissant.e.s. A l’heure où s’achève officiellement un processus de transition de leadership, ce moment doux-amer a signé la fin d’une époque pour le Consortium APAC – et le début d’une nouvelle, puisque le Consortium entre également dans sa deuxième décennie. Malgré les responsabilités colossales qui s’annoncent, les nouveaux membres qui rejoignent le Conseil et le Secrétariat ont été motivés par le sens manifeste de communauté, de connexion, de solidarité et de soutien qui ont marqué l’Assemblée Générale et les réunions qui ont suivies.

Grazia Borrini-Feyerabend et Ashish Kothari, membres du Conseil des Sages du Consortium, parmi les principaux co-fondateurs du Consortium APAC, ensemble lors de la XVème Assemblée Générale à Udaipur, Inde, Décembre 2019. © Emma Courtine.

Au tournant de l’année (grégorienne) 2020, nous nous séparons non seulement de l’année passée, mais également de la décennie précédente. Cette décennie a été marquée par une consternante montée des “hommes forts” des politiques nationalistes de l’extrême-droite, de concert avec la croissance régulière des symptômes d’une catastrophe climatique, écologique et économique. Cette décennie a aussi vu l’envolée de puissants mouvements menés par les peuples autochtones, les jeunes, les femmes, et les peuples des pays du Sud, mettant ainsi en lumière les racines structurelles et la nature multidimensionnelle tant de la crise mondiale à laquelle nous sommes confrontés que des actions collectives que nous devons initier pour y faire face.

Teddy Baguilat, President du Consortium APAC, Rajasthan, 2019 © Holly Jonas

Que nous apportera la prochaine décennie ? Présentée par beaucoup comme notre “dernière chance” de restaurer la relation entre l’humanité et la Terre Mère et d’éviter une catastrophe écologique complète, les années à venir risquent de voir croître les inégalités et les injustices, les migrations massives forcées, les conflits civils et les désastres induits par l’humain. Mais seront-elles aussi témoins d’une profonde prise de conscience écologique et spirituelle ? Les sociétés dominantes finiront-elles par rompre avec leur addiction à l’hyper-consommation et laisseront-elles place à des économies locales, diverses, régénératives et saines ? Nous savons que les aires et territoires collectifs, protégés et sur lesquels les décisions sont prises par des peuples autochtones et des communautés – les territoires de vie – sont parmi les derniers bastions où un environnement sain abrite à la fois diversité culturelle et lieux de vie prospères. Il est de plus en plus clair que les crises interconnectées auxquelles nous faisons face sont les conséquences directes de certaines visions du monde, idéologies et valeurs hégémoniques identifiables. Ce dont nous avons besoin n’est rien de moins qu’un changement de système.

“Les aurevoirs sont uniquement pour ceux qui aiment avec les yeux, parce que pour ceux qui aiment avec le cœur et l’âme, il n’y a point de séparation.” – Rumi

Alors que nous étions accaparés par les désordres internationaux globaux durant ces intenses premiers jours de l’année, nous avons été pris au dépourvu par une perte inimaginable. Le 8 Janvier, Ghanimat Azhdari – une amie proche, membre chère de notre Conseil, protégée du Dr M. Taghi Farvar et personnel de Cenesta depuis longtemps – est décédée, ainsi que 175 personnes dans l’avion qui a été abattu en Iran. Quand j’ai entendu la nouvelle, mon cœur a sombré, a bondi dans ma gorge et s’est brisé en mille morceaux d’un seul coup. Tandis que nos larmes continuent de couler, nous canalisons notre douleur pour honorer sa mémoire et poursuivre le travail qu’elle a réalisé tout au long de sa vie, avec encore plus de conviction. Vous pouvez visiter notre page en hommage à Ghanimat et lire ce merveilleux portrait d’elle paru dans The Narwhal.

Ghanimat Azhdari © Consortium APAC

“La grandeur d’une communauté est plus justement mesurée par les actions bienveillantes de ses membres.” – Coretta Scott King

Cette tragédie a montré avec quelle rapidité et quelle brutalité des forces géopolitiques internationales et quelques fractions de secondes d’inconscience peuvent chambouler des vies et mettre fin à des vies entières de travail pour les territoires de vie. Cependant, s’en est suivi un déferlement de messages de condoléances et d’amour pour Ghanimat, venus des quatre coins du monde -une communauté internationale connectée au travers d’une unique personne, soudée pour se soutenir mutuellement dans cette épreuve dévastatrice. C’est ce sens incroyable de communauté et d’action collective pour un objectif commun qui fait du Consortium APAC un mouvement si unique et indispensable parmi les autres mouvements qui soutiennent les territoires de vie et la justice sociale et environnementale.

Ces mouvements sont en première ligne d’un changement global de valeurs, passant de d’égoïsme, de cupidité, d’arrogance et de violence, à des valeurs qui incarnent l’essence et le meilleur de l’humanité : l’amour, le respect, l’honnêteté, l’humilité, la réciprocité, et l’interconnexion. Ces valeurs sont entremêlées dans les visions du monde et les cosmovisions des peuples autochtones et des communautés, et elles fournissent les repères moraux pour vivre dans la paix et le respect, les uns avec les autres, et avec le reste de la Terre Mère.

​Jeunes graines, naissant d’un arbre mort © Holly Jonas

“Ce n’est pas nécessairement le plus grand, le plus courageux ou le plus bruyant animal qui fait le plus de bien ou qui a la plus grande influence. Ce sont plutôt ceux qui n’ont pas peur d’agir, et ceux qui sont conscients de ce qui est en jeu, qui font la plus grande différence.” – Michelle Benjamin, dans “Flight of the Hummingbird: A parable for the environment”

Peut-être que la partie la plus importante de mon rôle en tant que Coordinatrice Internationale sera d’assurer que le Consortium APAC demeure fidèle à ces valeurs fondamentales, qu’il reste guidé par la sagesse des peuples autochtones et des communautés, qu’il honore l’héritage et l’esprit de ses fondateurs, et qu’il soutienne aussi résolument que possible le travail de ses Membres afin de relever les défis auxquels nous faisons face et enfin qu’il montre au reste du monde que d’autres voies existent.

Pour l’année 2020, les cinq priorités majeures pour renforcer le Consortium APAC en tant qu’association seront de :

  • Célébrer le dixième anniversaire du Consortium tout au long de l’année;
  • Réaliser une enquête auprès des Membres actuels, en intégrant des échanges avec les Membres sur leurs besoins et priorités pour un engagement concret, et continuer de soutenir le processus de régionalisation;
  • Renforcer plus avant la direction active du Conseil et des comités thématiques;
  • Poursuivre la transition progressive de leadership au sein du Secrétariat, en accueillant Ameyali et Thomas dans l’équipe internationale et mettre plus d’emphase sur la santé et le bien-être ; et
  • Développer une stratégie de recherche de fonds et des critères pour nouer des liens avec des financeurs, des partenaires, et des collaborateurs « alignés » avec le Consortium.

Les cinq priorités majeures pour l’orientation stratégique du Consortium APAC sont de :

  • Développer collectivement un manifeste sur les territoires de vie ;
  • Poursuivre le développement des trois domaines de travail thématiques (documenter, soutenir, et défendre les territoires de vie) avec la participation active des Membres ;
  • Poursuivre le soutien aux territoires de vie, à diverses échelles, à travers : le processus d’auto-identification et d’auto-renforcement des communautés ; les réseaux nationaux ; l’apprentissage par les pairs, la solidarité et l’action dans les différentes régions et mouvements; et l’engagement dans le droit international et les processus politiques, particulièrement sur le cadre mondial pour la biodiversité post-2020 ;
  • Construire un ensemble de « preuves » plus solide en faveur des territoires de vie et influencer le discours et les récits internationaux, notamment en produisant un rapport solide sur « L’État et l’Avenir des APAC – Territoires de Vie », et en nouant des liens de façon plus proactive avec des chercheurs activistes, des communicants et des plateformes médiatiques ; et
  • Démarrer une ambitieuse initiative trisannuelle sur les territoires de vie marins, côtiers et insulaires, avec le soutien de la Fondation Oak.

Alors que nous embarquons ensemble dans ce voyage collectif, les pages de notre avenir restent encore à écrire. Cette histoire sera-t-elle écrite par les “vainqueurs” du statu quo, comme dans les ères précédentes? Ou bien commencerons-nous une transition vers une nouvelle ère marquée par une prise de conscience internationale renforcée, où le succès ne sera plus défini par la compétition et la croissance illimitée, mais par la coopération et la compassion ? Voici un voyage dans lequel nous devons embarquer ensemble, comme communauté mondiale, pour l’intérêt de tous les territoires de vie, de nos ancêtres et des générations futures.

​La 15ème Assemblée Générale du Consortium APAC, Décembre 2019, Udaipur, Inde.© Consortium APAC

Image principale: Groupe en cercle, Rajasthan, 2019. © Holly Jonas.